Dengue

(mot anglo-américain, du swahili denga )

en augmentation rapide partout dans le monde, et de manière prédominante dans les zones urbaines ou péri-urbaines; 100 millions de cas de dengue et 500 000 nouveaux cas chaque année

Carte d'identité

·fatigue subite, alternance de fortes fièvres et frissons, céphalées, douleurs musculaires et articulaires.

·4 formes de cette maladie présentes en Guyane dont la forme hémorragique peut entraîner la mort.

Avoir attrapé l’une des formes immunise contre une nouvelle infection de cette forme mais pas contre les 3 autres

·Virus transmis par le moustique Aedes aegypti : présent uniquement sur la zone littorale et actif de jour.

·Le moustique femelle se contamine en piquant une personne atteinte (essentiellement lorsqu’elle est en phase de fièvre). le moustique peut transmettre le virus à sa progéniture.

·Réserve* simiesque et humain

Milieux préférentiels : moustique de villes présent à l’intérieur et l’extérieur des habitations ; réservoirs d’eau propre (vases, bacs de climatisation, citernes, puits, objets abandonnés aux intempéries : pneus, boîtes de conserve, carcasses de voiture…)

  • Prévention : se protéger des piqûres de moustiques y compris la journée (répulsifs, moustiquaires…) ; réduire le problème à la source en éliminant les lieux de prolifération des moustiques : vider et recouvrir les objets susceptibles de contenir de l’eau.
  • médecines traditionnelles comme officielles ne traitent que les symptômes de la maladie (fièvre, maux de tête…) et non le virus; « la dengue se guérit toute seule ». Attention, l’utilisation d’aspirine aggrave la forme hémorragique.
  • recherche d’un vaccin en cours (d’ici 3 ou 4 ans)
 

Partenaires

Partenaires

Le programme pédagogique Sololiya a reçu le soutien financier des fonds européens (FEDER), du WWF France, de la Direction de la Santé et du Développement Social de la Guyane et de la Région Guyane.