Vue par défaut de l'objet. Cliquez pour créer un modèle, Noeud : 898, Objet : 1038

2.b - Des tactiques de survie ingénieuses

2.b - Des tactiques de survie ingénieuses

A toute contrainte, la vie trouve toujours des réponses adaptées, sophistiquées ou humbles, mais toujours ingénieuses.

Le palétuvier est un génie qui a su s'adapter à :

  • un sol vaseux instable et pauvre en oxygène : le palétuvier rouge a développé un système racinaire aérien en forme d’échasse (rhizophore) qui lui permet de respirer et d’être stable sur la vase. Tandis que les palétuviers blancs et gris possèdent des pneumatophores pour assurer la respiration aérienne de leurs racines (la technique du tuba), même lorsqu'elles sont submergées par les marées.
  • un milieu saumâtre : la survie des palétuviers dépend de leur capacité à éliminer le sel, lorsqu’ils absorbent l’eau.Pour ce faire, les racines des palétuviers rouges filtrent l'eau salée. Les palétuviers blancs, eux, possèdent des glandes à sel, situées sur la face inférieure de leurs feuilles, qui rejettent l'excès de sel.

Les palétuviers ont également adopté un mode de germination spécifique.

  • Les palétuviers rouges (Rhizophora) et les palétuviers blancs (Avicennia) se régénèrent par viviparité, c'est-à-dire que leurs graines se développent directement sur la plante-mère. Lorsque la racine de la jeune plantule atteint une vingtaine de centimètres, elle se détache et se fiche directement dans la vase molle à marée basse ou est entraînée par flottaison à marée haute.
  • Les graines ou propagules flottent et sont ainsi dispersés par le courant (on parle d’hydrochorie). Ce qui leur permet de trouver les conditions idéales d'ensoleillement nécessaires à leur croissance.