Eau et nature > Mangrove > 1 - Un petit coup d'oeil dans la mangrove ?

1 - Un petit coup d'oeil dans la mangrove ?

La mangrove est une forêt littorale, située à l'interface entre la mer et la terre, et qui se développe principalement sur les côtes et dans les estuaires de la ceinture intertropicale, c'est-à-dire la zone comprise entre le tropique du Cancer dans l’hémisphère nord et le tropique du Capricorne dans l'hémisphère sud.

Vivre à la frontière de l'océan (ou de la terre), n'est pas une mince affaire mais tend à créer des caractéristiques communes entre les mangroves de la planète. Cependant, d'importantes variations existent entre les différentes façades océaniques. Les mangroves du domaine occidental (côtes Atlantiques et littoral Est Pacifique) ont une diversité végétale plus faible que les mangroves du domaine orientale (zone indo-pacifique considérée comme la zone d'origine de cet écosystème). D'autres variations ont été mises en lumière mais il en reste bien d'autres à découvrir.

Sommaire

Photo

zoomer l'image

Vue sur la mangrove côtière

1.a - Mangroves du monde

Au niveau mondial, les mangroves occupent 75 % des côtes tropicales et subtropicales pour une superficie de 180 000 km2 (soit 1 % des surfaces couvertes par l'ensemble des forêts tropicales).

La mangrove se retrouve dans des zones où la température du milieu est supérieure à 16° C ( au mois de janvier pour l'hémisphère nord et au mois de juin pour l'hémisphère sud des océans atlantique et indien) et supérieure à 21 °C (au mois de juin pour les océans à l'est de l'Australie et de la Nouvelle Zélande).

La présence dominante de la mangrove en zone littorale s'explique par le fait qu'aucun autre arbre que le palétuvier, n'est adapté à vivre dans un mélange d'eau douce et d'eau salé. Le palétuvier ou arbre de mangrove colonise ces espaces particuliers du fait de l'absence de concurrence avec d'autres formations arborées.

Photos

zoomer l'image

Répartition mondiale des mangroves

zoomer l'image

Jeune mangrove

1.b - Mangroves en Guyane

La mangrove en Guyane couvre la quasi totalité (80 % environ) des quelques 350 km de côte, soit une superficie de 70 000 ha. Elle grandit à la fois sur la côte et dans les estuaires des fleuves.

Sa présence est intimement liée au déplacement des bancs de vase, déplacements qui s’expliquent par les apports alluvionnaires du fleuve Amazone le long des côtes guyanaises sous l’influence notamment des courants marins et des alizés.

Dynamique de la mangrove côtière

Elle a la particularité d’être une forêt mobile dont l’existence est étroitement liée à celle des bancs de vase qui se déplacent du sud est au nord ouest le long du rivage (en moyenne au rythme de 1km par an ; cette moyenne n'est en aucun cas fixe pour un même lieu ni pour une même période de temps) et sont générés par les apports sédimentaires du fleuve Amazone, qui migrent le long du littoral guyanais du fait de la dynamique des courants marins atlantiques. Les mangroves vont et viennent avec les bancs de vase, en vont de même les paysages qu'elles engendrent.

Pour que la mangrove naisse sur ces bancs de vase, tout un système a dû lui précéder. A marée basse, les argiles des bancs se sont desséchés puis fissurer. Dans les fentes, des algues se sont développées, de même qu'une microfaune, qui ont ainsi posé les bases de toute une chaîne alimentaire, là où auparavant, n'était qu'un milieu minéral dépourvu de toute vie. En fonction du rythme des marées, de nombreuses espèces vont alors exploiter les ressources de la vasière:

  • à marée basse : crabes et limicoles (petits oiseaux "mangeurs de vase").
  • à marée haute: poissons (raies, muges et de nombreux juvéniles), larves et juvéniles de crevettes.

Enfin, les plantules de palétuviers ou propagules s'installeront sur la vasière suivant la disponibilité des graines issues des mangroves voisines et transportées par flottaison. La colonisation par les palétuviers aboutira à la modification des communautés algues -microfaune et à la mise en place d'un écosystème à quatre compartiments interdépendants : la végétation, l'eau, le sédiment et la faune.

La mangrove d'estuaire

Elle se situe dans l’embouchure et le long des berges des fleuves, aussi loin que l'influence de la marée saline peut se faire sentir. Moins soumise aux aléas des courants marins et de la dynamique côtière, la mangrove d'estuaire est plus stable. Au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la côte, que les eaux saumâtres laissent place aux eaux douces, la diversité floristique s'accroît progressivement.

Les palétuviers rouges, reconnaissables par leurs racines échasses en forme d’arceaux, y côtoient une cinquantaine d’espèces caractéristiques des bords de fleuves dont le moutouchi-rivière aux contreforts spectaculaires, le cacao-rivière, le palmier bâche et le palmier pinot. La transition entre la mangrove et la forêt ripicole se fait de manière progressive et non de manière brutale.

Photos

zoomer l'image

Les débuts de la mangrove

zoomer l'image

Argiles desséchées et jeune palétuvier rouge

zoomer l'image

Mangrove littorale

zoomer l'image

Mangrove d'estuaire

zoomer l'image

Contreforts du moutouchi marécage