Eau et culture > La Zone Littorale > Une population pluri-ethnique

Une population pluri-ethnique

En Guyane neufs habitants sur dix vivent sur la côte pour des raisons historiques (arrivée des colons par l'océan, plantations, bagnes...) et géographiques (difficultés d'installation dans la forêt). La population du littoral est en majorité urbaine où la moitié vit sur l'ile de Cayenne. Les communes de Saint-Laurent du Maroni et Saint-Georges de l'Oyapock bénéficient d'une croissance démographique constante avec l'apport continuel de populations du Surinam et du Brésil. Sur la Guyane sont présentes 28 nationalités différentes, c'est à dire un habitant sur deux est d'origine étrangère sur le département.

Composition culturelle de la Guyane

  1. Les amérindiens représentent 12 % de la population guyanaise. Ce sont les descendants des populations autochtones avant l'arrivée des colons au XVIe siècle. Sur le littoral, on retrouve les groupe Kali'na (Awala-Yalimapo, Mana, Kourou, Ile de Cayenne), Arawak (Saint-Laurent, Matoury) et Palikur (Roura, Macouria, Régina Saint-Georges).
  2. Les Noirs-Marrons (Aluku, N'djuka, Paramaca et Saramaca) regroupant plus de 4.000 personnes, vivent sur les rives du fleuve du Maroni et sur le littoral dans les grandes villes (Saint-Laurent, Kourou et Cayenne)
  3. Les créoles guyanais représente la plus grande communauté présente sur le littoral soit 40 % de la population. Ce sont les descendants des esclaves de Guyane libérés lors de l'abolition de l'esclavage en France.
  4. Les antillais soit 9 % de martiniquais et de guadeloupéens, 11 % d'haïtiens, 1 % de Saint-Luciens et 0.5 % de Dominicains. Beaucoup de martiniquais se sont réfugiés sur Remire-Montjoly en 1902 suite l'éruption la Montagne Pelée. Les antillais français occupent principalement des postes dans la fonction publique.
  5. Les métropolitains sont présents principalement sur le littoral où ils occupent des poste au centre spatial, dans l'enseignement, dans le tourisme et dans la fonction publique. Ils représentent 12 % de la population.
  6. Les Hmongs sont des anciens réfugiés politiques, originaire du Laos, arrivés en Guyane en 1971. Au nombre de 2.000 environ, ils habitent principalement les villages de Cacao et Javouhey. Les Hmong apportent 40 % des productions agricoles du département. Ce sont pour la majorité de grands cultivateurs de fruits et de légumes.
  7. Les Brésiliens principalement des immigrés représentent 6 % de la population
  8. Les Surinamiens et les Guyaniens principalement des immigrés représentent respectivement 12 % et 2 % de la population de la Guyane.
  9. Les autres communautés (Péruviens, Javanais, Européens, Libanais, Chinois et Hindustanis...) sont des minorités en Guyane, que l'on retrouve principalement dans les grandes villes. Par exemple, les Chinois travaillent dans les commerces.

Le mélange de culture

Il n'existe pas une véritable culture guyanaise, il convient donc de parler de plusieurs cultures guyanaises. Chaque communauté a conservé des éléments qui lui sont propres et non identifiables vis à vis des autres. Ces différences se reconnaissent dans les langues, la gastronomie, les chants, les danses, les contes, les savoir-faire, l'artisanat, la religion...

Les cultures dominantes sur le littoral de la Guyane sont les identités créoles (mélange culturel africain et européen), européennes, brésiliennes, asiatiques et amérindiennes...

Aujourd'hui on peut affirmer que les villes du littoral sont le théâtre de ce mélange multi-culturel, car elles permettent les échanges entre les hommes et les femmes dans les cadres commerciaux, professionnels et festifs.