L'ibis rouge, le joyau de la mangrove

D'un rouge flamboyant, ce bel oiseau au vol majestueux, a bien failli disparaître à jamais du ciel guyanais ses dernières décennies.

Victime de la beauté de ses plumes et la finesse de sa viande, il a été excessivement chassé. En 1983, année noire, le nombre d'ibis était proche de zéro contre les 5000 couples de 1974. Depuis 1986, il est intégralement protégé par arrêté ministériel.

Carte d'identité

Ibis rouge

Flanman en créole, Wala en Kalina, Wara en Palikur, Korikori en Sranan tongo, Kwala en Wayampi.

Eudocimus ruber

Oiseau de la famille des cigognidés

A la naissance, complètement noir puis après quelques semaines, brun chocolat. Couleur rouge à partir de 2 ans.

Taille moyenne : 58 - 70 cm, envergure : environ 110 cm, poids : jusqu’à 775 grammes, espérance de vie : jusqu’à l’âge de 16 ans.

piscivore principalement de larves, de crevettes, de crabes ou d’invertébrés, coloration spectaculaire rouge carmin due à la présence de caroténoïdes, pigments contenus dans les crevettes dont il se nourrit.

saison de reproduction entre avril et juin; nid constitué d'une plate-forme, parfois tapissée d'herbes fraîches, ponte de 2 oeufs en moyenne, couvaison assurée par les deux parents.

jeunes autonomes à partir de 50 jour, maturité sexuelle à l’âge de 2 ans.

D'un naturel grégaire, aime à se réunir en immenses colonies pouvant regrouper plusieurs milliers d'individus.

Nid construit dans les vasières et les mangroves de palétuviers blancs. Au lever du jour, envol des colonies et dispersion en petits groupes vers les vasières généralement situés à moins de 10 kms de la colonie. Au coucher du soleil, possibilité de voir les retours des colonies vers les nids.

Présence exclusivement sur les vasières et les lagunes littorales et dans la mangrove de front de mer; ainsi que dans pratiquement tous les estuaires des grands cours d'eau guyanais: rivière de Kaw, Malmanoury, Mahury, Approuague, Sinnamary.

En 1994, 1500 à 2000 couples contre 5000 en 1974.

Intégralement protégé en Guyane depuis 1986.

Peu de prédateur dans le monde animal. Pourchassé par le jaguar ou le caïman le pourchasse; mais le pire de ses ennemi est le braconnier, à cause de la chasse pour son plumage et sa chair.

Même si protégée, espèce encore vulnérable du fait de la forte mortalité des juvéniles (50%).

 

Partenaires

Partenaires

Le programme pédagogique Sololiya a reçu le soutien financier des fonds européens (FEDER), du WWF France, de la Direction de la Santé et du Développement Social de la Guyane et de la Région Guyane.